Actualité

Au Maroc, les « idées reçues » en matière de couverture santé peuvent conduire à des tragédies

Nous recevons beaucoup d’appels avec des arguments fondés sur de fausses informations et/ou de simples rumeurs.
Nous avons constaté que ces « idées reçues », en matière de santé, peuvent conduire à de véritables tragédies. Corrigeons-les pour vous donner quelques conseils de base !

Attention, les informations ci-dessous ne concernent que les titulaires de la nationalité française (ou bi-nationaux).

Les "idées reçues"

Idée reçue numéro 1 : « J’ai cotisé toute ma vie à la Sécurité sociale, alors je suis couvert »

Votre cotisation permettait de bénéficier de la Sécurité sociale au moment où vous cotisiez. Evidemment les cotisations passées ne vous donnent pas un droit éternel à la couverture sociale en France.Seul un retraité percevant une pension d’origine française sur laquelle sont prélevées les cotisations d’assurance maladie bénéficie encore de la couverture santé pour ses soins en France uniquement.

Idée reçue numéro 2 : « J’ai la carte vitale »

La carte vital n’est qu’un morceau de plastique.
Cette carte permet simplement d’être présentée aux professionnels de santé en France et seulement si vous réglez vos cotisations d’assurance maladie en France. Si vous n’êtes pas retraité ou adhérent à la CFE (Caisse des Français de l’Etranger), cette carte doit être rendue.
Elle est donc parfaitement inutile au Maroc.

Idée reçue numéro 3 : « De toute façon si je suis malade je rentre »

Nous entendons malheureusement très (trop ?) souvent cette phrase.
Le problème est qu’il faut justement pouvoir rentrer. En cas d’accident (y compris en cas d’accident cardiaque) vous risquez fort de ne pas pouvoir prendre l’avion par vos propres moyens. Dans ce cas vous vous ferez soigner sur place ou, éventuellement, vous pourrez être rapatrié.

Il faut donc que vous soyez parfaitement en règle avec votre régime de protection maladie (Sécurité sociale française, Sécurité sociale marocaine ou la CFE).

Pour un rapatriement il faut aussi que votre contrat d’assurance le prévoit. La couverture d’assistance de votre carte bancaire risque de ne pas vous couvrir si leur contrat ne prévoit pas le statut de résident au Maroc (soyez vigilant) ou si tout simplement vous avez dépassé les 90 jours en dehors de la France.

Idée reçue numéro 4 : « Je préfère ne pas déclarer à la France que je suis résident au Maroc »

Beaucoup confondent souvent l’aspect fiscal et la protection sociale. Pour l’aspect fiscal chacun prend ses responsabilités (mais nous vous invitons à vous rapprocher de votre conseiller(ère) des français à l’étranger), en revanche, en matière de santé les règles sont claires :

Si vous n’êtes pas résident fiscal au Maroc et que vous n’avez pas déclaré votre situation à vos régimes de protection sociale :

– La sécurité sociale française vous couvre au Maroc uniquement pour les soins inopinés (et croyez-nous qu’elle vérifie précisément les types de soins que vous réalisez : par exemple de simples analyses médicales peuvent être soumises à contrôle et à refus de remboursement)

– Au-delà des 90 jours sur le territoire marocain la sécurité sociale française ne vous couvre plus. Un accident au 92ème jour (et la sécurité sociale demande à voir les visas d’entrée et de sortie du passeport) vous ne serez couvert par aucun organisme ! Vous ou votre famille régleront donc la totalité de vos soins. Vous ne pourrez plus dire que vous n’aurez pas été prévenu !

Idée reçue numéro 5 : « Je suis français et inscrit sur les registres, si je suis malade le consulat me rapatriera »

Malheureusement non !

L’Etat français peut organiser le rapatriement de ses ressortissants dans des circonstances exceptionnelles (nous vous invitons d’ailleurs vivement à vous inscrire en ligne sur les registres des français établis hors de France).

En cas de problème, si votre situation de protection sociale n’est pas parfaitement en règle, c’est bien vous ou votre famille qui devront payer la facture des soins.

Quelques exemples : une fracture du bassin : 5000 €, un pontage : 10 à 15 000 €, un rapatriement sanitaire : 10 à 50 000 €, une assistance constante pour un coma : environ 100 000 € par mois, etc…

Idée reçue numéro 6 : « De toute façon je ne suis jamais malade »

Quelle chance ! Et une chute dans les escaliers ou un accident sur la voie publique ?

Soyons sérieux, inutile de détailler cette phrase beaucoup trop souvent entendue et pas très intelligente.

Nos conseils

Résident au Maroc et non-retraité

A faire au minimum

Organisez absolument votre situation professionnelle pour bénéficier au moins de l’Assurance maladie marocaine.

Si vous ne pouvez pas, tournez-vous vers des assureurs locaux qui couvriront en partie vos soins (attention, les plafonds de remboursement ne correspondent pas aux habitudes de couvertures santé françaises, soyez attentif !).

Pour être un peu mieux couvert

Vous pouvez vous inscrire à la Caisse des Français de l’Étranger (CFE) afin d’être couvert au Maroc et en France (uniquement le régime de base – adhésion payante – tarifs immédiats sur le site cfe.fr)
Même si le remboursement n’est pas total « le coup dur » sera parfaitement couvert.

Pour être tranquille

Et si vous êtes à la CFE, vous pouvez prendre une garantie de rapatriement supplémentaire afin d’être soigné en France (attention la plupart des garanties de rapatriement n’interviennent que lorsque le pronostic vital est engagé).

Enfin vous pouvez aussi souscrire une assurance santé qui complètera le remboursement de la CFE (mais n’oubliez jamais d’ajouter l’option de rapatriement).

Prenez connaissance de la liste des organismes complémentaires sur le site de la CFE.

Résident au Maroc et retraité (avec pension française)

A faire au minimum

La convention bilatérale entre la France et le Maroc vous permet d’être couvert sans cotisation supplémentaire par la Sécurité sociale marocaine au titre des prélèvements sur vos pensions de retraite françaises.
Vous ne perdez pas vos droits en France et pouvez continuer à utiliser votre carte vitale (pour vos soins en France).

Il est aujourd’hui incompréhensible que certains retraités français résidant au Maroc n’aient pas au minimum fait cette démarche en pensant naïvement que c’est toujours la Sécurité sociale française qui les couvre au Maroc. Il est urgent de les alerter.

Vous pouvez aussi prendre une assurance santé locale qui couvrira en partie vos soins (attention, les plafonds de remboursement ne correspondent pas aux habitudes des couvertures santé françaises).

Pour être un peu mieux couvert

Vous pouvez aussi vous inscrire à la Caisse des Français de l’Etranger pour vos soins au Maroc et à l’étranger (nous vous rappelons que c’est la Sécurité sociale française qui couvre toujours vos soins en France – uniquement le régime de base – adhésion payante – tarifs immédiats sur le site cfe.fr)

Même si le remboursement n’est pas total « le coup dur » sera parfaitement couvert.

Pour être tranquille

Vous pouvez adhérer à notre assurance santé complémentaire qui complète les remboursements de la Sécurité sociale marocaine ou de la CFE et inclut une garantie d’assistance santé et de rapatriement.

Non-résident au Maroc

Ne dépassez jamais les 90 jours sur le territoire ! Au-delà, ni la Sécurité sociale ni votre garantie d’assistance de carte bancaire ne fonctionneront !
Beaucoup jouent avec le feu en demandant des cartes de résident pour pouvoir prolonger leur séjour sans régulariser leur situation auprès des organismes de Sécurité sociale.

En cas de problème de santé attendez-vous à de très mauvaises surprises !

Nous espérons vivement que ces rappels et ces conseils vous aideront à faire les bons choix.

A bon entendeur !

© [2005-2022] Capitone ®  Tous droits réservés - Mentions légales - Accès à mes données

Capitone

Accès partenaires